Rechercher
  • L'équipe LIONS

5 questions à se poser avant de postuler


La recherche d’emploi dans le notariat, ça ne consiste pas seulement à envoyer un CV ou à se demander si son profil colle à une annonce. Il y a tellement de paramètres qui entrent en ligne de compte... J’ai moi-même répondu un peu mécaniquement à des annonces de recrutement quand j’étais notaire assistante. Et cela m’a parfois conduite vers des Études qui ne me correspondaient pas. J’ai commis quelques erreurs qui m’ont valu quelques errances. Mais le point positif, c’est que je crois avoir appris deux ou trois choses au passage. Aujourd’hui, le recrutement j’en ai fait mon métier Et cette double casquette m’amène à vous conseiller un certain nombre de questions que vous devez vous poser, si vous voulez trouver le poste qui vous correspond dans le notariat.


1. Quelles sont mes ambitions ?


Tout d’abord, il faut réfléchir en termes de projet de vie. Alors, OK, on ne sait pas toujours de quoi l’avenir sera fait. On a le droit de changer, d’évoluer, de bifurquer. Mais on a souvent une petite idée de ce qu’on vise à plus ou moins long terme – et de ce qu’on est prêt·e à sacrifier pour atteindre ses objectifs, pour satisfaire ses ambitions. Surtout, on sait ce qu’on ne veut PAS faire. Et puis il y a différents moments dans la vie : celui où on veut faire décoller sa carrière en visant un poste de notaire associé·e, celui où on décide de reprendre du temps pour soi, pour ses enfants… Ce n’est pas toujours évident de déterminer à quel stade on se situe. Pour ma part, j’essaie d’en discuter régulièrement avec mes proches, ça m’aide à clarifier mes idées, à me remettre en question aussi. Autant tout mettre en oeuvre pour s’assurer de prendre la bonne décision, la bonne direction.


2. Est-ce le bon moment ?


On le sait bien, il est toujours mieux perçu d’être “stable” dans sa carrière. Enchaîner des CDI en changeant d'Étude tous les ans, ça ne fait pas vraiment bonne impression. Raison de plus pour se poser et faire le bon choix lorsque l’on veut changer de poste. Par ailleurs, si on subit une pression qui devient insupportable, la question ne se pose plus : il ne faut pas réfléchir et il faut se donner les moyens de changer, même si ça peut sembler effrayant. En tant que recruteuse, j’ai pu rencontrer des collaborateurs malheureux depuis des années dans leur poste, mais incapables d’en changer, car la peur de l’inconnu est plus forte. Alors un conseil : jetez-vous à l’eau ! On a tous le droit de se sentir épanouis. Vous allez me dire : “plus facile à dire qu'à faire”. Je vous répondrai : c’est une question générationnelle. Les plus jeunes diplômés notaires grandissent depuis quelques années dans un climat de plein emploi ; les moins jeunes, eux, ont grandi avec la résilience et n’osent pas toujours se projeter dans un autre emploi, car ils sont restés bloqués à une époque où les postes dans le notariat étaient chers : quand on en avait un, quels que soient ses défauts, il fallait serrer les dents et continuer. Heureusement les temps changent !


3. Avec quels caractères suis-je compatible ?


Autre point fondamental : il faut avoir bien conscience de son caractère. Chaque individu a sa propre personnalité. Et toutes les personnalités ne sont pas compatibles. Dans les relations professionnelles, comme dans les relations sentimentales, c’est avant tout une histoire de rencontres. Et tout l’enjeu est de trouver les personnes avec qui “ça matche”. Quand on postule à un emploi dans le notariat, lors des entretiens d’embauche, il faut donc se montrer très attentif à la personnalité des recruteurs. Un peu comme si on était soi-même en train de recruter un recruteur. Est-ce que je me vois passer cinq journées par semaine pendant des années avec telle ou telle personne ? Est-ce que je me sens capable de travailler avec ? Voilà ce qu’il faut se demander avant d’accepter un job, fût-il “en or”. Alors pourquoi ne pas leur poser des questions aussi sur leur façon de manager, sur des critères que l’on considère comme essentiels. De nos jours, beaucoup de notaires ont conscience qu’ils passent eux aussi un entretien. Ils savent qu’ils doivent séduire les candidats pour les recruter. Il faut oser leur poser des questions, afin de cerner au mieux leur personnalité.


4. Quelles leçons puis-je tirer des mes expériences précédentes ?


Il est aussi primordial de se rappeler d’où l’on vient et ce que l’on a traversé au cours de sa vie professionnelle. Chaque personne a son propre vécu, ses propres expériences. On se construit comme ça. On apprend. On grandit. On traîne parfois derrière soi le traumatisme d’une mauvaise expérience dans une Étude. Alors on fait preuve méfiance, on a peur du changement, de se tromper à nouveau. Et dans ce cas, on s’accroche à son petit confort, même imparfait, on accepte des concessions de plus en plus pesantes dans son boulot. D’autres fois, on se sent totalement épanoui·e dans son job, mais on doit quand même quitter l’Étude pour d’autres raisons. Alors on vit dans l’obsession de retrouver exactement le même poste dans le même type d’Étude, avec le même style de collègues. On veut à tout prix retrouver un environnement similaire, quitte à se voiler la face sur d’autres aspects de l’offre. Autre possibilité encore : on est en plein manque de confiance et on a besoin d’un management solide et bienveillant. Quel que soit le cas de figure, on a tout intérêt à bien analyser son passif dans le notariat, pour en tirer les leçons et effectuer des choix de carrière éclairés.


5. Quelles sont les facettes du notariat que je préfère ?


Les métiers du notariat couvrent une multitude d’aspects. Il faut donc s’interroger sur ce qu’on aime vraiment dans son job, sur les facettes qu’on a envie de développer. En ce qui me concerne, j’ai toujours eu un faible pour la psychologie et j’ai trouvé aujourd’hui un métier qui me permet d’intégrer cet aspect du notariat. C’est ainsi qu’est née l’idée de LIONS. J’ai eu envie de me mettre à l’écoute des personnes qui, en choisissant d’oeuvrer dans le notariat, ont décidé d’être elles-mêmes à l’écoute de leurs clients, de les accompagner dans les moments les plus stratégiques de la vie. Je propose aux notaires (assistant·es, salarié·es ou associé·es) une oreille attentive pour tenter de comprendre leurs aspirations et les orienter au mieux.

Depuis que j’ai commencé, il y a trois ans maintenant, j’ai pris plaisir à recevoir des collaborateurs qui avaient besoin de conseils pour leur orientation professionnelle : dois-je évoluer dans ce métier ? dois-je quitter le notariat ? existe-t-il un poste qui me corresponde vraiment ?

Il est normal (et sain) de se poser ce genre de questions. En parler peut aider à faire les bons choix. Le notariat est un monde particulier. Mais c’est aussi un beau métier, une profession indispensable avec de belles perspectives. Alors osons rêver le notariat de demain et prenons soin de ce magnifique vivier de collaborateurs, qui oeuvrent tous les jours avec brio pour la renommée de cette profession.


Si vous aussi vous souhaitez discuter de votre carrière ou du développement de votre Étude, contactez nous sur equipelions.fr !


1,084 vues

Fait avec ♥ à Paris par Equipe LIONS 

  • Noir Icône YouTube